[Article] Installez-vous confortablement !

Le projet ENA1 tire son originalité d’une démarche de conception et de validation des expérimentations centrée sur l’utilisateur. Le confort et la sécurité des usagers des navettes autonomes sont des enjeux forts du projet. Des phases de tests sur les pistes de TRANSPOLIS sont réalisées afin d’évaluer ces critères dans le cadre du déploiement de ce nouveau moyen de transport.

      

© Univ. Gustave Eiffel - Sophie Jeannin

Les transports en commun jouent un rôle déterminant dans l’offre de mobilité. Il est donc nécessaire de s'assurer que chacun puisse les utiliser de manière sûre et confortable. Cependant, la dynamique de ces véhicules – accélérations, freinages, prise de virage, etc. – peut être source d’inconfort et de déséquilibre pour le passager debout. Cela peut même engendrer des risques de chute et/ou d’impacts avec l’environnement. Si vous ne l’avez pas vous-même vécu, vous avez peut-être déjà vu un passager traverser le bus en essayant de se rattraper pour éviter la chute, suite à un coup de frein brutal. Fort heureusement, ces événements indésirables sont peu fréquents et, dans leur grande majorité, n'entraînent pas de blessures graves. Si cela peut plaire aux amateurs de sensations fortes, cela n'est pas du goût de tout le monde. L’inconfort postural (la difficulté à maintenir une posture debout ou assise) associé à ce risque latent est souvent une source de non-utilisation des transports en commun, notamment pour les personnes les plus fragiles (personnes âgées ou à mobilité réduite par exemple).

Sécurité et performance, un juste-milieu à trouver

L'une des difficultés est de trouver le compromis entre de bonnes performances opérationnelles (accélérations et freinages importants, vitesses en virage élevées, etc.) et une capacité à éviter des accidents (nécessité de manœuvre d'urgence efficace) d'un côté et le confort et la prévention des chutes de l'autre côté. Jusqu'à présent, ce compromis était géré par le conducteur sur la base de son expertise. Cependant, le développement de bus et navettes autonomes nécessite de requestionner le sujet. En effet, c'est désormais aux informaticiens en charge du développement de l’intelligence artificielle de formaliser la gestion de la dynamique du véhicule. Il leur faut donc gérer le compromis confort/équilibre versus performances sur la base de critères objectifs. Or, le lien entre dynamique du véhicule et déséquilibre engendré est complexe et dépend de nombreux paramètres : niveaux d'accélération ou de freinage, durée, taux de variation, etc. Il est donc nécessaire d'évaluer expérimentalement l’inconfort et le risque de chute induits par des dynamiques réalistes de véhicules afin de proposer les meilleurs compromis entre performances opérationnelles et confort et sécurité des usagers.

      

ENA, un cas de mise en pratique en vue d’une méthode généralisée

Ces questions sont notamment abordées dans le cadre du projet ENA. Une expérimentation impliquant des participants volontaires passagers d'une navette autonome va être menée sur les pistes d'essais de TRANSPOLIS. L’objectif principal de ces essais est d’évaluer le ressenti des passagers de la navette en termes d’inconfort postural et de déséquilibre lors de scénarios contrôlés. L’intelligence artificielle de conduite sera modifiée pour générer différentes dynamiques, plus ou moins douces. Le ressenti des passagers sera recueilli à l'aide de questionnaires à l'issue de chaque essai, ce qui permettra d’identifier les dynamiques acceptables et celles qui, au contraire, apparaissent comme étant les plus pénalisantes. Les participants seront équipés de différents capteurs simples et embarqués, semblables à des téléphones portables. Le but est de développer une méthodologie d'évaluation du déséquilibre et de l’inconfort ressenti à l’aide de ces capteurs. Cela permettra de déployer ce type d'expérimentation de manière plus large, éventuellement même lors de situations d'exploitation réelles.

À l'issue de ces expérimentations, nous espérons pouvoir fournir des recommandations afin que les concepteurs de navettes autonomes proposent le meilleur compromis entre efficacités, sécurité et confort pour tous les occupants.

      

Thomas ROBERT
Chargé de recherche
Laboratoire de Biomécaniques et Mécanique des Chocs (LBMC) - Université Gustave Eiffel

Maël BERGÉ
Ingénieur d'études
Laboratoire de Biomécaniques et Mécanique des Chocs (LBMC) - Université Gustave Eiffel

      


1 Le projet est soutenu dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) opéré par l’ADEME et labellisé par CARA