Skip to main content

[Vie du projet] Cœur de Brenne : quel véhicule pour cette expérimentation inédite?

Milla Van qui sera déployé sur Coeur de Brenne © Berthelet

L’expérimentation de la Communauté de communes de Cœur de Brenne est une première. Jamais une navette autonome en France n’a encore parcouru une distance aussi importante (37 km aller/retour) sur une route ouverte en zone rurale avec des tronçons limités à 80 km/h. Cette expérimentation représente un véritable défi technologique !

La plupart des navettes autonomes françaises ont été conçues pour répondre à la problématique « du premier et du dernier km ». Souvent dépourvus de moyen de transport, ces tronçons relient d’ordinaire une zone d’habitation ou d’activité au terminus d’une ligne de service de transports en commun. Ces conditions constituent un cas d’usage qui sera expérimenté début 2022 sur la Communauté d’agglomération Sophia Antipolis, l’autre cas d’usage du projet. La nécessité pour les navettistes de s’adapter à un cadre d’expérimentation rural est donc très important. L’enjeu est primordial pour les campagnes dépourvues de moyens de mobilité, hors voiture personnelle. À l’heure de la loi d’orientation des mobilités (loi LOM), c’est une véritable opportunité pour les populations concernées.

Le projet ENA répond aux spécificités du territoire

Durant la première phase de travail, le consortium ENA a analysé les conditions de circulations propres au cas d’usage de la Communauté de communes de Cœur de Brenne. Cette expérimentation propose de nombreux défis techniques pour le déploiement d’un service de transport public autonome.

Les tronçons entre les villages traversés par la navette autonome manquent de repères fixes (amers), ses capteurs peuvent être perturbés par les feuillages qui bordent les chaussées, ce qui ne permet pas au véhicule de se repérer précisément sur son parcours. Cette problématique impliquerait l’implantation de mobilier ou de palissades suffisamment imposants sur les portions concernées qui représentent plus de 80 % du parcours, et ce, avec une fréquence élevée d’un élément tous les 20 à 30 mètres. Outre le caractère financier de cette solution, l’aspect sécuritaire et l’inadaptabilité à répliquer cette expérience représentaient un frein de développement.

La seconde difficulté réside dans la vitesse. Le parcours de cette expérimentation emprunte des départementales limitées à 80 km/h sur plusieurs dizaines de kilomètres. Pour des questions de sécurité, il était donc impératif que le véhicule choisi roule au moins à 30km/h afin que la différence de vitesse entre la navette et les autres utilisateurs de la route ne soit pas un facteur de risque d’accident.

Le choix d’un véhicule adapté

Ces deux facteurs ont conduit à choisir un véhicule particulier. Le Groupe Milla dispose de deux modèles de véhicules autonomes et travaille avec des technologies qui permettent une reconnaissance visuelle de leur environnement et ne nécessitent pas l’implantation de mobilier spécifique. De plus, ces véhicules sont homologués et techniquement capables d’aller à une vitesse de 50 km/h tout en garantissant des conditions de sécurité maximales. Cette vitesse permet de s’insérer plus facilement sur des routes départementales et de réduire la dangerosité des interactions avec les autres usagers. Elle permet également des temps de déplacement entre les communes mieux adaptés aux besoins et attentes des habitants.

En conséquence, nous travaillons actuellement pour la mise en circulation d’un Milla VAN sur cette expérimentation. Les premiers trajets devraient être opérationnels au printemps 2022.

Jean-Bernard CONSTANT

Communauté de communes de Cœur de Brenne

Au nom du Consortium ENA

Toute l'actualité

Les acteurs du projet ENA se sont réunis au mois de mars, pour convenir d’une méthodologie d’identification et de gestion des données, potentiellement...

Une voiture autonome, comment ça marche ? Qui est responsable en cas d'accident ? Où en est la législation ? Bref, êtes-vous prêts à lâcher le volant...

Malgré des avancées technologiques encourageantes, l’arrivée des véhicules complètement autonomes n’est pas pour demain. Découvrez, dans ce reportage...

Ajouter un commentaire

0 commentaire
956 Recommander cette page

Écrire un nouveau commentaire